[Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Message  Arkanikorde le Ven 6 Juil - 13:19

j'ai écrit un livre qui relaterai la bataille de la crise d'oblivion nouvelle haute roche qui a suivi la nouvelle indépendance du fief.

Spoiler:


[pagebreak]



[pagebreak]




Entre les quatre portes


par
Sir Longenaque, dit l’érudit.
6eme père de l’ordre des chevaliers du Lys



[pagebreak]

29 de Vifazur de l’année 433 du tiers Age de ce monde, Château de Fortleval de la nouvelle Haute roche.

Par ce bel après-midi prometteur d’une journée sans tracas ni nuages. Un messager entra au galop dans l’enceinte du château, portant nouvelle à la plus belle des lys, le vent d’hiver le plus froid que Tamriel ai connu depuis les ages sombres.

La reine aux cheveux d’or le vit arriver dans la salle du trône du donjon en toute célérité porté la nouvelle de la perte de l’ainée de Cyrodile dans les profondeurs de l’Oblivion. Et que l’armé de l’empire était désormais privé de son empereur assassiné en tentant vainement de fuir la cité de la tour blanche.
Alors que tous les conseillers restaient de glace face à l’éruption qui se profilait à l’horizon. A l’exception de notre reine qui par 3 fois fit sonner les cloche du temple tel feux le roy Tristan le fit pour lancer ses troupes contre l’empire.
Alors que les impériaux des forts de Norguet et de Farmugstalh érigés il fut un Age pour garder main mise sur nos terres était pris par le doute et l’impuissance. Notre armé se regroupa à leurs portes, tandis que les catapultes du royaume commençaient à enflammer leurs tours.
Il ne fallut qu’une heure à leur légat pour déposer les armes face à cette attaque surprise.

E3 433 04 d’Âtrefeu

Notre royaume est définitivement lavé de tout contrôle impérial. Notre reine constance du Lys déclara en ce quatrième middas d’atrefeu de l’année 433 du troisième, l’indépendance du royaume de la nouvelle haute roche.
C’est dans une période de fêtes et de joie que notre peuple célèbre sa libération de l’empire pendant que notre reine se préparait déjà à défendre nos terres face à l’empire.

E3 433 18 de Souflegivre
Alors que les festivités se terminaient et que l’hiver était à notre porte, l’empire ne donnait plus signe de vie. Etait-ce la fin d’un de nos ennemies de toujours? La ligné des empereurs Septim était-elle brisé à jamais?
Notre enchanteur appela notre reine à se préparer un ennemi bien plus malin et bien plus dangereux que cet empire décadent. Parlait-il du domaine? Tant de question que se posais les sujet de notre royaume en ces temps troublés

E3 433 03 de Sombreciel
De ce matin naquis une grande peur dans le cœur de nos hommes. Cela faisais plusieurs jour que le ciel était recouvert d’épais nuages, mais qui n’était pas d’un temps habituel à un moi de Sombreciel. Cet orage était rougeoyant comme les flammes de la forgeciel. Et un vent de chaleur lourde et humide venant du Sud Est empestait l’air depuis ces cinqs derniers jours. Comme si un volcan avais éclaté toute la part sur de Tamriel.

E3 433 04 de Sombreciel
En ces temps de doutes et de craintes, le ciel ne cesse de rapprocher de nos terres ces vils nuages embrasés. Un messager passe le pont levis et entre à cheval dans la salle du trône sans tenir compte des avertissements des gardes.
Mettant aussi vite pied à terre qu’il s’agenouillât devant notre reine pour lui porter les nouvelles du sud.
La cité de Bruma a été attaqué il y a quelques jours et a bien faillit finir comme la citée de Kvatch suite à une attaque de Daedras. Un individu se faisant appeler le héros de Kvatch pour avoir sauvé les restes de cette ville est parvenu à fermer une porte qui permettait l’accès à toutes créatures de l’Oblivion d’attaquer directement la ville.
Mais une nouvelle plus troublante pour notre situation venait de retentir dans la grande salle apparemment un Septim aurai été vu à la tête des armées défendant Bruma.
A ce moment, notre reine pris conseil auprès de notre Enchanteur Solkan et pris la décision de donner l’alerte et de déclarer l’état de Siege.

Les villageois furent alors recueillis dans la grande tour. Et les garde commençaient déjà à préparer les défenses.
E3 433 05 de Sombreciel
La population du château Ne fut pas réveillée par l’habituel coup de cloche matinal du temple, mais par l’alerte de la garde.
Le château était attaqué par des Daedra de toutes parts.
Quatre portes d’Oblivion s’était ouvertes en encerclant la forteresse.
La forteresse étant bâtit sur le flanc de la falaise, les assauts des daedras, bien que bien organisés et puissants. La position stratégique du château nous permis de résister pendant plusieurs heures sans difficultés.
Mais les armés daedras semblent sortir plus nombreuse à chaque fois que nous les repoussons. La fatigue commence à se faire sentir chez nos hommes. Il commence à y avoir quelques blessés. Le commandant de la garde ordonna d’activer les pièges sur les remparts.
Les piques ont l’air de soulager un peu les remparts de ces immondes créatures mais malheureusement ces créatures sont insensibles aux flammes de nos remparts qui sont à l’habitude notre meilleur atout.

La nuit tombe, les mages de guerre ont dut venir en renfort sur le rempart est et les templiers sur le rempart nord.
Notre reine me fit alors quérir dans le bastion par l’un de ses pages.
Lorsque j’arrive dans le hall, l’enchanteur est présent avec deux des maitres d’armes Arnand Bracques et Ferrum Matreinace, le capitaine Virene Caristiana, les gardes royaux Norbert et Renald, et les deux balistaires Edwinna Arthe et Baragon Panoit.
Tous ont revêtu une armure d’acier ensorcelé par l’enchanteur Solkan portant les armoiries du Lys de notre Reine.
Je revêtis moi-même une de ces armures dont l’aura nous protégerait selon ses dires des ensorcèlements des daedras.
Une fois équipé, notre reine pris la parole :
« Si ces créatures ont déjà été défait par l’empire, nous devront pouvoir le faire ! Nous perceront les lignes de ces milliers d’ignobles créatures et nous refermeront ces portes à jamais ! Mon peuple ne souffrira pas plus longtemps ces créature jusqu’à l’aube ! Qu’Azura nous guide ! »

Nous regroupâmes rapidement devant le pont levis. Là où Les eaux de nos douves étaient encore notre plus fidèle atout dans cette bataille, nous prime le risque de le perdre pour affronter l’ennemi jusque dans son plan d’Oblivion.
Le grincement du pont fut interminable jusqu’à ce qu’il s’abatte sur nos plus proche ennemis. Ne s’attendant pas à une charge de cavalerie, nos ennemis brisèrent leurs rands dans le chaos le plus total. Nous parvînmes
A la première porte alors que nous entendîmes le pont levis se redresser derrière nous.


La bataille de la porte Est

Nous avons mené le combat dans un paysage dont même les pires cauchemars seraient indignes.
Des flammes et des flammes à pertes de vue…
Heureusement qu’une charge de cavalerie ne peut être arrêté facilement même par des daedras. Alors que cinq d’entre nous firent barrage à l’entrée d’une immense tour de feu, je partis seconder la reine avec le capitaine Virene.
Notre lutte fut sans merci à travers ces couloirs fait de chairs, d’ossements et je ne sais quelles autres abominations. Les drémoras maniaient leurs redoutables armes avec une adresse remarquable mais notre La Reine Constance avait vus bien d’autres combats avent cette bataille, et elle triomphât même seule contre dix.
Nous touchâmes enfin au but lorsqu’elle put retirer de son socle la pierre de maintien sigilaire dont nous avais parlé l’enchanteur, ce qui nous projeta hors d’Oblivion.
A la grande surprise de nos ennemis qui virent l’une de leurs portes s’effondrer sur elle-même, nous étions encore tous en vie.
Cette victoire sur l’un des fronts nous donna comme des ailes, jusqu’à ce que la dernière porte tombe comme le fit première.
Chevauchant de la porte tombée à l’Est, nous chevauchâmes vers la porte apparue au Sud près du pont de la gorge du val. Les arbres brulais tels de grands brasiers autour du pont forestier.
L’ennemi tenta de maintenir ses positions pour nous bloquer l’accès à la porte, alors que d’immenses atronachs nous faisaient obstacle.
Notre Reine nous fit faire halte devant les lignes ennemies avant de commander aux balistaires du donjon d’ouvrir le feu sur les lignes bloquant la deuxième porte.
Les balistes percèrent déjà les lignes, mais se furent les catapulte qui ouvrirent une réelle faille qui nous permis le passage.


La Bataille de la porte Sud

Une fois la porte dépassée, se dressa devant nous cette fois-là une Imposante caverne grouillant d’araignées centauroïdes.
L’accès à la tour est sans nul doute disséminé dans ce labyrinthe de galeries infernales.
Nous décidames alors d’employer la même tactique qu’à la première porte. Tandis que j’accompagnai notre Reine avec le capitaine dans ces hideuses grottes, nos compagnons bloquaient toute retraite pour l’ennemi vers la tour pour empêcher ses monstres de nous intercepter.
Toute notion du temps est impossible à tenir dans un tel endroit. Alors que nous arrivâmes aux fondements de la tour, la Reine Constance brandit le parchemin et scanda une des incantations que lui avait données l’enchanteur avant notre départ.
La voute de la caverne se fissura en même temps que le parchemin se consumai et un passage se creusa pour nous donner accès à la tour.
Alors que nous nous engagions dans ces escaliers infernaux, nous entendîmes des râles venant des profondeurs. Nous étions suivis…
Des Sorcier Dremoras se massaient à nos trousses tandis que nous arrivions près de notre but .Un Seigneur Daedra nous barra alors l’accès à la pierre de maintien.
Notre Reine concentra alors le pouvoir de sa voie et expédia de son tu-hum ce prince daedrique par de là le promontoire de la tour, ce qui le fit choir dans les rands ennemis qui étaient à notre poursuite au bas de la tour.
Le capitaine brisa alors d’une vitesse fulgurante, le lien de la pierre Sigilaire au moment où nous allions être pris d’assaut par nos poursuivants.
Cette victoire fut obtenu difficilement et à l’expulsion du plan, nous nous aperçûmes que certains de nos compagnons avaient étés blessés.

La route du château était à présent désertée par nos assaillants. Ce qui nous permis de recevoir des soins de par les templiers venus en renfort pour soigner nos blessés.
Une fois ce court répit nous nous lançâmes à l’assaut de la porte apparue au nord du château dans la crique de la mer fantôme grâce à l’enchantement qui permettait à nos destriers de changer sur les flots. De cette porte, sortaient en nombres des créatures grotesques qui tentaient d’escalader le rempart nord. Ces créatures plutôt de petites tailles furent piétiné par notre charge. Cela paraissait même facile après toute cette bataille mené jusqu’ici.

La bataille de la porte Nord

La téléportation nous mena tu droit au sein d’une armée d’ennemis. C’était un piège ! La porte s’effondra derrière nous, nous laissant à la merci de toutes les armées d’Oblivion.
Huit contre tous
Sept mené par leurs reine qui allaient se battre jusqu’à la mort pour sa sauvegarde.
Nul ne sait combien de temps dura ce combat… La reine Constance était une chef de guerre remarquable et une tacticienne hors pair sas quoi nous n’aurions pas survécu longtemps.
Nous avons gardé une charge constante pour ne pas être la cible de flèche ou d’ensorcèlements et pour ne pas se retrouver encerclé et démunis face au nombre.
Au bout de plusieurs heures de combats une brèche s’offrait enfin à nous et nous chevauchâmes vers la tour de feu qui se dressait face à nous.
Nos ennemis trop sûr de leur embuscade n’avais placé que quelques gardes à cette tour que nous défîmes facilement. L’armée qui nous suivait était encore loin d’être vaincu. Notre seule chance résidait dans le fait de briser à nouveau le lien de cette tour.
Ce fut la course la plus épuisante de toutes. Mais une fois arrivé devant la pierre et l’avoir relevé de son socle, nous nous sommes aperçu que celle-ci n’était pas l’unique à nous retenir ici.
Un pont à la foi immense et étroit menait vers une autre forteresse dans ces steppes ardentes. Mais notre reine y vis notre salut.
En effet ce pont étant aussi étroit pouvais facilement être défendu par deux d’entre nous ce que les deux maitres d’armes firent à merveille en envoyant leurs ennemis dans le magma en fusion qui coulait sous le pont.
A notre entré dans la citadelle, une immense créature nous barra la route. Cela ressemblait vaguement à un géant avec des membres supplémentaires et des armes greffé à son propre corps.
Après quelques passes qui démontrai notre infériorité vis-à-vis la puissance de cette créature, notre reine glaça le monstre d’un cri du dragon, ce qui nous permis de le contourner pour entrer dans un long corridor.
Le monstre ne tarda pas à défaire ses liens pour nous donner poursuite, mais nous touchions au but.
Notre reine usa d’un autre cri qui la propulsa directement devant le socle de la pierre. Ainsi tombèrent les deux dernières portes qui s’étaient dressé face à nous.


Après la bataille




Alors que les couleurs du ciel commençaient à paraitre au travers des nuages nous fumes accueilli par une clameur sans retenue de par tous les sujet de la nouvelle haute roche. C’est là qu’un jeune page scanda au passage de la Reine Constance :
« Vive les chevalier du lys ! Longue vie à la reine ! »
Et ainsi vit le jour, le plus grand ordre de chevalerie qu’ai connue Tamriel depuis les chevaliers des neufs.

E3 433 07 de Sombreciel
Alors que la Reine me demanda de conter le récit de cette épique bataille, l’ancien bastion est réaménagé pour en faire le nouveau hall de l’ordre des chevaliers.
Voici un extrait du décret de Notre Reine sur les règles de la fondation de l’ordre du lys.
« Ils seront toujours sept chevaliers à la table.
Sept menés par un Roy ou une Reine de la nouvelle haute roche.
Un chevalier ne pourra être défait de son titre que par la mort, la trahison ou l’accomplissement; celui de devenir le champion de l’ordre.
Chaque chevalier aura la tâche d’enseigner à un garçon ou une fille de 10 ans au moins plus jeune que lui, comme écuyer qui ne sera adoubé qu’à la mort ou l’accomplissement de son mentor.
Si l’élève meurt avant d’avoir été adoubé, une joute déterminera le plus vaillant des autres écuyers à prendre sa place.
Ainsi l’ordre perdurera à travers les âges et sera le gardien de cette terre. »





Qu'est ce que vous en pensez, que peut on modifier ou améliorer?

malhuin tu a quelque chose à redire sur le style ou la formulation?

Arkanikorde
Développeur
Développeur

Messages : 395
Date d'inscription : 13/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Message  malhuin le Sam 7 Juil - 10:17

Voilà ce que j'en pense

[spoil]
[pagebreak]


[pagebreak]




Entre les quatre portes


par
Sir Longenaque, dit l’érudit.
6eme père de l’ordre des chevaliers du Lys



[pagebreak]
29 de Vifazur de l’année 433 du tiers Age de ce monde, Château de Fortleval de la nouvelle Haute roche.
Pas tiers âge, troisième ère
Par ce bel après-midi prometteur d’une journée sans tracas ni nuages. Un messager entra au galop dans l’enceinte du château, portant nouvelle à la plus belle des lys, le vent d’hiver le plus froid que Tamriel ai connu depuis les ages sombres.
La phrase est maladroite, trop longue (trois lignes) et tu commences par présenter un personnage par un surnom avant même de le nommer. Ensuite la phrase est ainsi faite "... la plus belle des lys, le vent d'hiver.." que l'on pense que la plus belle des lys EST le vent d'hiver

Proposition :

Un messager entra au galop dans l’enceinte du château. Il portait une missive destinée à la reine Constance du Lys. Cette nouvelle laissa une empreinte comme le vent d’hiver le plus froid que Tamriel ai connu depuis les ages sombres.




La reine aux cheveux d’or le vit arriver le messager dans la salle du trône du donjon. Il était venu/color] en toute célérité, porter la nouvelle de la perte de l’ainée de Cyrodile dans les profondeurs de l’Oblivion. Désormais l’armé e de l’empire était privée de son empereur , assassiné en tentant vainement de fuir la C ité de la tour blanche Impériale . ( Ou "... de fuir la Tour de l'Or Blanc.." mais pas un mélange des deux.
Alors que tous les conseillers restaient de glace gelés ( Sinon c'est un contre sens face à l’éruption éruption ? Tu parles d'un danger qui gèle... et tu le compares au réveil d'un volcan... maladroit qui se profilait à l’horizon, la reine fit sonner le tocsin
. A l’exception de notre reine qui par 3 fois fit sonner les cloche du temple tel . La plus blanche des lys imitait feux le roy Tristan le fit pour lancer lorsqu'il lança ses troupes contre l’ Empire.
Alors que Les impériaux ,pris par le doute et l'impuissance, se calfeutraient dans les forts de Norguet et Farmugstalh, érigés il y a une ère pour garder mains mises sur nos terres.. Notre armée tira profit de leur impuissance pour se regrouper à leurs portes et enflammer leurs tours de nos catapultes
Il ne fallut qu’une heure à leur légat pour déposer les armes face à cette attaque surprise.

E3 433 04 d’Âtrefeu

Notre royaume est étant définitivement lavé de tout contrôle impérial , notre reine, Constance du Lys, déclara en ce quatrième middas d’atrefeu de l’année 433 d e la troisièmeère , l’indépendance du royaume de la N ouvelle H aute-R oche.
C’est dans Ce fut une période de fêtes et de joie que pour notre peuple célèbre sa libération[/stike] enfin libéré dede l’ Empire. P endant ce temps [strike]que notre reine se préparait déjà à défendre nos terres face à l’empireaux Cyrodiliens .

E3 433 18 de Souflegivre
Alors que les festivités se terminaient et que l’hiver était à notre porte, l’ Empire ne donnait plus signe de vie. Etait-ce la fin d’un de nos ennemies de toujours? La ligné des empereurs Septim était-elle brisée à jamais?
Notre enchanteur appela notre reine à se préparer un ennemi bien plus malin et bien plus dangereux que cet empire décadent. Parlait-il du domaine? Il y avait tant de questions que se posai ent les sujets de notre royaume en ces temps troublés

( Note : le domaine Aldmeri est né après la crise d'Oblivion, comment peut-on en parler comme d'une menace possible ?

E3 433 03 de Sombreciel
De ce matin naquis une grande peur dans le cœur de nos hommes. Cela faisai t plusieurs jours que le ciel était recouvert d’épais nuages, mais qui n’était pas d’un temps habituel à un mois de Sombreciel. Cet orage était rougeoyant comme les flammes de la forgeciel. Et un vent de chaleur lourde et humide venant du Sud-est empestait l’air depuis ces cinqs derniers jours. Comme si un volcan avait éclaté toute la part sur de Tamriel. Note :Je ne comprends pas le sens de cette dernière phrase.

E3 433 04 de Sombreciel
En ces temps de doutes et de craintes, le ciel (Note : Le vent plutôt) ne cessait de rapprocher de nos terres ces vils nuages embrasés. Un messager passa le pont levis et entra à cheval dans la salle du trône sans tenir compte des avertissements des gardes.
Mettant aussi viteIl avait à peine mis pied à terre qu’il s’agenouillât devant notre reine pour lui porter les nouvelles du Sud.
La cité de Bruma avait été attaquée il y a quelques joursplus tôt. et a bien faillit finir Il s'en était fallu de peu qu'elle ne finissecomme la citée de Kvatch suite à une attaqueravagées par les Daedras. Un individu se faisant appelerappelé le héros de Kvatch pour avoir sauvé les restes de cette ville est parvenu à fermé une porte qui permettait l’accès à toutes aux créatures de l’Oblivion d’attaquer directement la ville.
Mais une nouvelle plus troublante pour notre situation venait de retentir dans la grande salle. Apparemment, un Septim aurait été vu à la tête des armées défendant Bruma.
A ce moment, notre reine pris conseil auprès de notre Enchanteur Solkan. et pris la décision de donner l’alerte et de déclarer l’état de Siege. Ensembles, ils convinrent de la nécessité de donner l'alerte et de déclarer l'état de siège
Les villageois furent alors recueillis dans la grande tour. Et les garde commencèrent déjà à préparer les défenses.

E3 433 05 de Sombreciel
La population du château ne fut pas réveillée par l’habituel coup de cloche matinal du temple, mais par l’alerte de la garde.
Le château était attaqué par des Daedra de toutes parts. En effet, de toute part surgissait les daedras de Mehrunes Dagon bien décidés à investir le castel.
Quatre portes d’Oblivion s’était ouvertes en encerclant la forteresse.
La forteresseplace-forte étant bâtie sur le flanc de la falaise, les assauts des daedras - bien qu' bien organisés et puissants ne purent porter. La position stratégique (Note : la position stratégique définit le lieu où se trouve le château et son intérêt pour le contrôle de la région. cela n'a aucun rapport avec une position facile à défendre qui est de l'ordre de la topologie - aspect du site- et non de la géographie) du château nous permis de résister pendant plusieurs heures sans difficultés.
Mais les armés dedaedras semblaient sortir plus nombreuses à chaque fois que nous les repoussions. La fatigue commençait à se faire sentir chez nos hommes. Il commence à y avoir quelques Lesblessés se multipliaient. Le commandant de la garde ordonna d’activer les pièges sur les remparts.
Les piques ont l’air de parurent soulager un peu les remparts des assauts deces immondes créatures. mais Malheureusement, les monstruosités issues d'Oblivion étaient comme ces créatures sont insensibles aux flammes de nos remparts qui sont à étaient d’habitude notre meilleur atout.

La nuit tombait.Il avait fallu faire venir les mages de guerre ont dut venir en renfort sur le rempart est et les templiers sur le rempart nord.
Notre reine me fit alors quérir dans le bastion par l’un de ses pages.
Lorsque j’arrivait dans le hall, l’enchanteur estétait présent avec deux des maitres d’armes, Arnand Bracques et Ferrum Matreinace. Se trouvaient également présent le capitaine Virene Caristiana, les gardes royaux Norbert et Renald, ainsi que les deux balistaires Edwinna Arthe et Baragon Panoit.
Tous avaientrevêtu une armure d’acier ensorcelé par l’enchanteur Solkan etportant les armoiries du Lys de notre Reine.
Je revêtis moi-même une de ces armuresharnois dont l’aura, selon ses dires nous protégerait selon ses dires des ensorcèlements des daedras.
Une fois équipé, notre reine prit la parole :
« Si ces créatures ont déjà été défaites par l’empire, nous devrontdevrions pouvoir le refaire ! Nous percerons les lignes de ces milliers d’ignobles créatures monstres innombrables et nous refermerons ces portes à jamais ! Mon peuple ne souffrira pas plus longtemps ces créature jusqu’à plus longtemps l’aube l'agression du tyran d'Oblivion! Qu’Azura nous guide ! »

Nous nousregroupâmes rapidement devant le pont levis. Les eaux de nos douves étaient encore notre plus fidèle atout dans cette bataille. Nous prenions un risqueimmense de le perdre pour à affronter l’ennemi sans cette défense etjusque dans son plan d’Oblivion.
Le grincement du pont fut interminable jusqu’à ce qu’il s’abatte sur nos plus proche ennemis. Ne s’attendant pas à une charge de cavalerie, nos ennemis les bêtes d'Oblivion brisèrent leurs rangs dans le chaos le plus total. Nous parvînmesà la première porte alors que nous entendîmes même que nous entendionsle pont levis se redresser refermerderrière nous.


La bataille de la porte Est

Nous avons mené le combat dans un paysage dont même les pires cauchemars seraient indignesdes pires cauchemars.
Des flammes et des flammes à pertes de vue…
Heureusement qu’une charge de cavalerie ne peut être arrêté facilement même par des daedras. Alors que cinq d’entre nous firent faisaientbarrage à l’entrée d’une immense tour de feu, je partis seconder la reine avec le capitaine Virene.
Notre lutte fut sans merci à travers ces couloirs fait de chairs, d’ossements et je ne sais quelles autres abominations. Les drémoras maniaient leurs redoutables armes avec une adresse remarquable mais. Toutefois,la reine Constance avait vus bien d’autres combats avant cette bataille, et elle triomphât même seule contre dix.
Nous touchâmes enfin au but lorsqu’elle put retirer de son socle la pierre de maintien sigilaire dont nous avait parlé l’enchanteur. Ce qui nous projeta hors d’Oblivion.
A la grande surprise de nos ennemis, qui virent l’une de leurs portes s’effondrer sur elle-même, nous étions encore tous en vie.
Cette victoire sur l’un des fronts nous donna comme des ailes,et ce jusqu’à ce que la dernière porte tombe comme le fit première.
Chevauchant de la porte tombée à l’Est, nous chevauchâmes allâmes vers la porte apparue au Sud près du pont de la gorge du val. Les arbres brulaient tels de grands brasiers autour du pont forestier de la passerelle forestière.
L’ennemi tenta de maintenir ses positions pour nous bloquer l’accès à la porte. alors que D’immenses atronachs nous faisaient obstacle.
Notre reine nous fit faire halte devant les lignes ennemies. avant de commander Puis, commanda aux balistaires du donjon d’ouvrir le feu sur les lignesles aversaires bloquant la deuxième porte.
Les balistes percèrent déjà les lignes, mais se furent les catapulte qui ouvrirent une réelle Les plus petites armes de sièges furent bientôt rejointes par les puissantes catapultes. Si les premières firent quelques dégâts, ce furent les secondes qui ouvrirent la faille qui nous permis le passage.


La bataille de la porte Sud

Une fois la porte dépassée, se dressa devant nous cette fois-là une Imposante caverne grouillant d’araignées centauroïdes.
L'entrée dépassée, nous nous trouvâmes dans une grotte immense. Des araignées qui portaient des bustes de femmes y grouillaient.
L’accès à la tour est sans nul doute disséminé dans ce labyrinthe de galeries infernales.
L'accès à la tour était caché quelque part dans le labyrinthe infernal qui s'étendait depuis cette entrée.
Nous décidames alors d’employer la même tactique qu’à la première porte.
Tandis que j’accompagnai notre reine avecet le capitaine dans ces hideuses grottes, nos compagnons bloquaient toute retraite pour l’ennemi vers la tour pour empêcher ses monstres de nous intercepter interdisaient à l'ennemi de nous suivre.
Toute notion du temps était impossible à tenir dans un tel endroit. Alors que nous arrivions aux fondements de la tour, la reine Constance brandit le parchemin et scanda une des incantations que lui avait données l’enchanteur avant notre départ.
La voute de la caverne se fissura en même tempsalors que le parchemin rouleau se consumait et[color=blue. Ainsi[/color] un passage se creusa pour nous donner accès à la tour.
Alors que nous nous engagions dans ces escaliers infernaux dantesques, nous entendîmes des râles venus des profondeurs. Nous étions suivis…
Des sorciers dremoras se massaient à nos trousses tandis que nous arrivions près de notre butalors même que nous arrivions à notre but .Un seigneur daedra nous barra alors l’accès à la pierre de maintien sigilaire.
Notre reine concentra alors le pouvoir de sa voix et expédia de son tu-hum ce prince daedrique par delà le promontoire de la tour. ce qui le fit choir Il chût dans les rangs ennemis qui étaient à notre poursuite au bas de la tour de nos poursuivants.
Le capitaine brisa alors d’une vitesse fulgurante ( Note :pas compris la phrase), le lien de la pierre Sigilaire au moment où nous allions être pris d’assaut par nos poursuivants.
Avant que nous soyons rejoint, la capitaine brisa prestement le lien du sigil. Cette victoire fut obtenu difficilement et à l’expulsion du plan, nous nous aperçûmes que certains de nos compagnons avaient étés blessés.

La route du château était à présent désertée par nos assaillants. Ce qui nous permis de recevoir des soins de par les templiers venus en renfort pour soigner nos blessés. à des templiers de venir soigner nos blessés.
Une fois terminéce court répit,nous nous lançâmes à l’assaut de la porte apparue au nord du château. dans la crique de la mer fantôme grâce à l’enchantement qui permettait à nos destriers de changer sur les flots. Grâce à enchantement posé sur les fers de nos destriers, nous traversâmes la crique de la Mer Fantôme pour la rejoindre.
De cette porte, sortaient en nombres des créatures grotesques qui tentaient d’escalader le rempart nord. Ces créatures plutôt de petites tailles furent piétiné par notre charge. Cela paraissait même facile après toute cette bataille mené jusqu’ici.
Notre charge nous mena ainsi jusqu'au portail d'Oblivion, piétinant les galopins qui en surgissait. Après toutes nos épreuves cela nous paraissait comme une simple balade.

La bataille de la porte Nord

La téléportation nous mena tout droit au sein d’une armée d’ennemis. C’était un piège ! La porte s’effondra derrière nous, nous laissant à la merci de toutes les hordes d’Oblivion.
Huit contre tous !
Sept mené par leurs reine qui allaient se battre jusqu’à la mort pour sa sauvegarde.
Nul ne sait combien de temps dura ce combat… La reine Constance était une chef de guerre remarquable et une tacticienne hors pair sas quoi nous n’aurions pas survécu longtemps.

A notre tête, cependant se trouvait la reine Constance. Elle était un chef remarquable et une tacticienne hors paire. Sans elle notre résistance n'aurait guère durée.
Nous avons gardé une charge constante pour ne pas être la cible de flèche ou d’ensorcèlements et pour ne pas se retrouver encerclé et démunis face au nombre.
Au bout de plusieurs heures de combats une brèche s’offrait enfin à nous et nous chevauchâmes vers la tour de feu qui se dressait face à nous.

Nous ne pouvions nous immobiliser sous peine d'être de succomber sous les flèches et les sorts. Nous restâmes des heures à cheval , toujours à nous déplacer. Finalement nos efforts nous permirent de former une brèche qui nous conduisit jusqu'au sinistre donjon, clef de ce plan.

Nos ennemis, trop sûr de leur embuscade, n’avaient placés que quelques gardes à cette tour que nous défîmes facilement. L’armée qui nous suivait était encore loin d’être vaincue. Encore une fois, notre seule chance résidait dans le fait de briser à nouveau le lien de cette tour la destruction du lien maudit qui compromettait la sécurité de notre royaume.
Ce fut la course la plus épuisante de toutes. Mais une fois arrivé devant la pierre et l’avoir relevé de son socle, nous nous sommes aperçu que celle-ci n’était pas l’unique à nous retenir ici. Toutefois, arrivés en haut de la sinistre bâtisse, la pierre en main, nous ne fûmes renvoyé à notre monde. De l'autre côté d'un pont enjambant des mares de laves, une autre forteresse jumelle de celle-ci exhalais le même tourbillon de feu que nous avions appris à associer à la présence d'une pierre sigillaire.
Un pont à la foi immense et étroit menait vers une autre forteresse dans ces steppes ardentes. Mais notre reine y vis notre salut.
Notre Reine ne se laissa pas aller à la désespérance, et vit même dans le pont notre salut. En effet, il était si étroit qu'une seule créature à la fois le pouvait franchir.
En effet ce pont étant aussi étroit pouvais facilement être défendu par deux d’entre nous ce que les deux maitres d’armes firent à merveille en envoyant leurs ennemis dans le magma en fusion qui coulait sous le pont.
A notre entrée dans la citadelle, une immense créature nous barra la route. Cela ressemblait vaguement à un géant avec des membres supplémentaires et des armes greffé à son propre corps. Mehrunes dagon lui-même, dans sa terrible hideur !
Il ne nous fallu que quelques instants pour comprendre que nous ne pourrions jamais l'emporter. Heureusement, même un prince daedra peut être gelé par le pouvoir de la voix d'un parleur comme l'est notre reine.
Après quelques passes qui démontrai notre infériorité vis-à-vis la puissance de cette créature, notre reine glaça le monstre d’un cri du dragon, ce qui nous permis de le contourner pour entrer dans un long corridor.
Le monstre ne tarda pas à défaire ses liensse libérer pour nous donner poursuitepoursuivre, mais nous touchions au but.
Notre reine usa d’un autre cri qui la propulsa directement devant le socle de la pierre. Ainsi tombèrent les deux dernières portes qui s’étaient dressé face à nous.


Après la bataille




Alors que les couleurs du ciel commençaient à paraitre au travers des nuages nous fûmes accueillis par une clameur sans retenue de par tous les sujet de la Nouvelle haute-Roche. C’est là qu’un jeune page scanda au passage de la Reine Constance :
« Vive les chevalier du lys ! Longue vie à la reine ! »
Et ainsi vit le jour, le plus grand ordre de chevalerie qu’ait connue Tamriel depuis les chevaliers des neufs.

E3 433 07 de Sombreciel
C'est alors que la Reine me demanda de conter le récit de cette épique bataille. L’ancien bastion est réaménagé pour en faire le nouveau sert à présent dehall de à l’ordre des chevaliers.
Voici un extrait du décret de Notre Reine sur les règles de la fondation de l’ordre du lys.
« Ils seront toujours sept chevaliers à la table.
Sept menés par un roy ou une reine de la Nouvelle haute-Roche.
Un chevalier ne pourra être défait de son titre que par la mort, la trahison ou l’accomplissement; celui de devenir le champion de l’ordre. (Note : cela contredit ce dont nous avions discuté).
Chaque chevalier aura la tâche d’enseigner à un garçon ou une fille de 10 ans au moins plus jeune que lui, comme écuyer qui ne sera adoubé qu’à la mort ou l’accomplissement de son mentor.
Chaque chevalier aura la tâche d'enseigner à un garçon ou a une fille de 10 ans révolu. Il devra le prendre comme écuyer jusqu'à ce qu'il soit adoubé ( Note : "plus jeune que lui"..; un chevalier de MOINS de 10 ans ? affraid J'ai ôté la dernière partie..; à moins que tu veuilles créer un ordre sith ? Parce que la seule manière pour un écuyer devienne chevalier c'est que son mentor meurt (ou devienne un parangon) ... meurt c'est plus rapide... Il peut être mille fois meilleur que son mentor JAMAIS il ne deviendra chevalier ! C'est complètement injuste. Tu veux faire un ordre Sith !
Si l’élève meurt avant d’avoir été adoubé, une joute déterminera le plus vaillant des autres écuyers à prendre sa place.
Ainsi l’ordre perdurera à travers les âges et sera le gardien de cette terre. »
[/spoil]

malhuin

Messages : 162
Date d'inscription : 15/06/2012
Age : 42
Localisation : Dans le royaume d'Agartha

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Message  Arkanikorde le Sam 7 Juil - 10:30

je vais suivre tes directives, ce texte a été écris il y a 5 mois à peu près donc on en était pas là niveau background et mise au point. Donc c'est bien de corriger par rapport à ça.

si après tu veu paufiner certains chapitres n'hésite pas non plus car ya certains passages qui sont un peu trop élipsés.

Arkanikorde
Développeur
Développeur

Messages : 395
Date d'inscription : 13/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Message  malhuin le Sam 7 Juil - 10:40

J'ai deux conseils d'ordre généraux. même après toutes mes corrections, le livre doit être ennuyeux à mourir (surtout pour être lu dans un jeu). je te conseillerais de résumer le passage des quatre portes en un seul chapitre en ôtant tous les détails... Tout le monde se fiche de savoir combien d’adversaires ils ont tués, combien il y avait de tours ou de pièges. Tout se passage n'apporte rien à la lecture.

Le second : relis-toi ! Zeus ton texte est illisible.

malhuin

Messages : 162
Date d'inscription : 15/06/2012
Age : 42
Localisation : Dans le royaume d'Agartha

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre d'histoire] Entre quatre portes (formation de l'ordre des chevalier)

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum